Les carrières de Paris – Géocaching dans les entrailles de la capitale (au fil des caches)

by Fabien
2 comments

Fiche d’identité

Le lieu Les sous-sols parisiens
La position Paris 14ème
La cache « Les carrières de Paris » – GC78QG8

Laissez-moi vous emmener visiter Paris ! Oui, mais pas le Paris des Buttes Chaumont ou de Montmartre, mais le Paris secret des carriers, des graffeurs, des cataphiles et de toute une faune d’explorateurs ou de promeneurs à la recherche de sensations différentes. Laissez-moi vous emmener visiter la cache « les carrières de Paris », une cache absolument incroyable et dépaysante. Et je vous raconterai comment la recherche de la sortie fut également toute une aventure.

DSC00632 Catacombes

Le début de notre périple dans les galeries

Comme d’habitude, je vais commencer par vous présenter la cache : il s’agit de la géocache « Les carrières de Paris », ça, vous l’aurez compris, une boite posée en 2017 par fran6ois, dans les sous-sols parisiens et située dans le 14e arrondissement. Si la cache ne compte actuellement que 40 favoris, cela correspond en fait à 98 pour cent de points bleus, ce qui en fait la cache la plus favorisée de Paris en pourcentage. Avec sa cotation 5/4.5, elle le/se mérite… tout comme elle mériterait d’ailleurs bien plus de passages.

Le concept est le suivant : vous allez suivre des indications UV à travers le dédale des couloirs pour gagner le lieu dit « la plage », une zone extraordinaire du fait de ses peintures et de sa configuration. Pour y arriver, vous allez devoir trouver l’entrée, patauger dans l’eau, ne pas vous perdre et surtout mémoriser le chemin retour (mais un fléchage « retour » existe également).

DSC00628 Catacombes

Le si précieux marquage du retour

Je vais tenter de vous faire revivre nos quelques heures passées sous terre avec Patricia des Jack-Pat à la recherche de cette géocache !

Nous nous retrouvons, par une chaleur étouffante, au niveau de l’entrée menant à la voie ferrée désaffectée, que nous rejoignons rapidement. Je n’ai vraiment pas eu le temps de préparer la balade, et je lis donc les instructions au fur et à mesure. Nous gagnons le tunnel et nous avons 540 mètres à faire depuis l’entrée, mais il est bien difficile d’estimer une distance quand on déambule sous terre et en marchant dans les ballasts. Et là ? Ça fait combien ? Aucune idée et bien sûr, le GPS ne va pas nous aider. Nous déambulons tout en discutant et il est maintenant évident que l’on va arriver au bout du tunnel sans avoir trouvé quoi que ce soit…

DSC00703 Catacombes

C’est parti pour le décompte de la distance

Nous n’avons certainement pas fait attention, et nous retournons dans l’autre sens en prenant garde à la présence d’une quelconque ouverture. Mais cette fois, malgré plus de concentration, nous voila revenu à notre point d’entrée sans avoir mis à jour l’accès aux galeries. C’est donc reparti pour le même manège, une fois de plus, en regardant les deux murs… et au retour en fouillant également les bas côtés… on ne sait jamais. Mais toujours rien… Quelqu’un aurait-il rebouché l’entrée ?

DSC00702 Catacombes

Serait-ce par là ?

Nous avions déjà vu, çà et là, des ombres, mais maintenant nous apercevons des lumières qui se dirigent vers nous : un petit groupe se balade sur les voies et, quand ils nous rejoignent, nous leur demandons s’ils connaissent une entrée qui doit être toute proche… Et pas de doutes, ils connaissent très bien l’entrée et nous indiquent que nous sommes passés plusieurs fois devant ! La honte :p ! Nous discutons un peu sur le chemin et nous leur expliquons que nous avons comme objectif de gagner « la plage ».  Nous avons sympathisé et ils nous proposent de nous accompagner sur une partie du chemin, mais un chemin « alternatif » en version un peu plus longue, ce que nous acceptons avec plaisir, ce n’est pas tous les jours que l’on peut visiter les sous-sols de Paris avec des cataphiles avertis. À la première intersection, nous allumons les lampes UV pour repérer les marquages ‘aller’ et ‘retour’, puis nous nous laissons guider.

DSC00631 Catacombes

Cataphile avec « gros son » dans le sac

Discrétion absolument, évidemment… et c’est donc dans un tonnerre de Metal que nous parcourons les galeries en musique. Le groupe qui suivait semblait plus fan de techno, donc au moins je suis dans le bon groupe :p

DSC00633 Catacombes

Voilà de quoi se rafraîchir les cuisses, voir plus selon la saison

La progression est vraiment sympa : de l’eau à hauteur variable, nous déambulons et admirons les nombreux graffs modernes tout comme les traces du passé, le tout sur fond de noms de rues tels que la rue de la tombe isoire ou encore la rue d’Alésia. On tourne, on zigzague, au fil des indications de nos guides, puis ils nous indiquent à un croisement, le chemin de la plage. C’est là que nous nous séparons. Nous poursuivons donc en binôme notre exploration jusqu’à croiser un étrange personnage : à priori, nous sommes au bon endroit.

DSC00673 Catacombes

Un accueil des plus chaleureux

Et effectivement, quelques mètres plus loin, nous n’avons aucun doute : une gigantesque fresque de vague à la manière d’Hokusai orne le mur du fond ! C’est superbe !

DSC00682 Catacombes

La plage et sa vague

Un peu plus loin, tous les murs ont été peints, comme si nous étions sous l’eau. Encore plus loin, il y a des peintures de toutes sortes. Et là encore ! Et là, une sorte de sculpture de glaise. Ce lieu est magique et moi qui suis fan d’art urbain, je ne sais où donner de la tête.

DSC00672 Catacombes

Sous l’océééééaaaannnnnn !!!!

Mais ce n’est pas tout cela, nous sommes venus y chercher une géocache et pour l’instant nous n’avons aucune idée de quoi et de où chercher. Il faut dire que l’on n’a pas du tout suivi le chemin prévu et que forcément ça ne simplifie pas les choses. Après pas mal de recherches, on glane quelques infos dans les logs et surtout une ou deux photos bien utiles… Il ne reste qu’à trouver le bon spot, ce qui finira par arriver… Ouf ! Nous voici la boite en main et nous pouvons signer le logbook ! À noter que si l’on vient du bon endroit, la découverte ne pose aucun souci, mais nous nous trouverons l’indication après la boite.

DSC00690 Catacombes

Le Graal ! Enfin !

A priori, le plus gros est fait et il ne reste qu’à rentrer…. ça, c’est en théorie, car en pratique, les choses vont être « un peu » plus compliquées. Nous sortons donc nos lampes UV, confiant dans le fléchage de retour et effectivement les indications sur le début du parcours sont très efficaces et même si nous hésitons et tournons un peu, les différentes indications finissent toujours par se dévoiler rapidement. Aussi nous avançons d’un bon pas, jusqu’à un certain carrefour.

DSC00694 Catacombes

Notre chemin alternatif à la recherche d’un marquage

Les sous-sols sont un enchevêtrement de galeries, nombreuses et souvent semblables, et arrivé à un point, nous ne trouvons plus d’indication sur la suite de notre périple vers la sortie. Nous prenons le dernier marquage comme point de repère et nous explorons de manière systématique toutes les intersections qui suivent, et ce, sur deux ou trois « niveaux », mais nous ne trouvons toujours rien… la pression monte discrètement d’un cran. Le descriptif indiquent que si nous ne voyons pas d’indication, il faut aller tout droit. C’est donc ce que nous faisons, plus par dépit que par conviction, sur une bonne distance. Nous passons  quelques obstacles et inspectons scrupuleusement chaque mur de chaque intersection. Après quelques temps nous nous retrouvons… dans une impasse…  Hop, un petit cran en plus pour la pression…

DSC00696 Catacombes

Impasses, croisements et longues galeries

Nous en arrivons à la conclusion que nous perdons notre temps en cherchant à suivre et trouver le marquage UV. Nous n’avons qu’à revenir sur nos pas et reprendre le même chemin qu’à l’aller. Encore faut-il s’en souvenir, car nous avons fait pas mal de chemin, pris un certain nombre d’intersections, et surtout nous l’avons fait en nous faisant promener… Autant dire que la mémoire était pas mal mise en pause, confiant que nous étions dans le retour via l’UV. Mais c’est à priori, la meilleure option que nous ayons.

DSC00677 Catacombes

De retour vers la plage

Nous commençons donc par retourner à la plage, qui est toujours aussi belle, mais l’envie de l’admirer un peu baissée. Nous reprenons ensuite le même chemin qu’à l’aller.

DSC00667 Catacombes

Nous ne prendrons pas le temps de faire du tourisme cette fois-ci

Le début se fera assez rapidement, car l’ayant emprunté sans nos guides, nous l’avons bien mémorisé. Puis vient la partie « guidée ». Les différents éléments nous reviennent au fur et à mesure de notre progression. Ce tag, je suis sûr de l’avoir vu… Celui là pourtant bien visible, non… Hop, nous revenons à la dernière intersection et nous changeons de galerie jusqu’à retrouver des éléments familiers.

DSC00639 Catacombes

Un exemple d’élément marquant de l’itinéraire

Petit à petit, nous progressons vers la sortie. Vient une longue galerie, dont le début nous est familier, et nous la suivons pendant plusieurs minutes pour arriver à une zone qui ne nous dit rien du tout. Nous faisons donc marche arrière, jusqu’au dernier élément que nous sommes sûr d’avoir vu à l’aller, puis nous reprenons notre route pour arriver à nouveau à ce secteur qui ne nous dit rien… Bizarre, nous avons donc forcement raté la bonne intersection qui est sur ce tronçon… Nous refaisons une fois de plus le chemin… De plus  en plus bizarre… Sur le parcours, je tente d’ouvrir une bouche d’égout, on ne sait jamais… On aura l’air bête, mais on sera dehors rapidement. Mais c’est peine perdue, elle ne bouge pas d’un poil.

DSC00671 Catacombes

Une vingtaine de mètres et une plaque bien fermée

Retour dans cette fameuse galerie, quand tout à coup j’ai un doute à une intersection. Peut être que…. j’allume ma lampe UV et vois l’indication qui nous intéresse ! Et d’ailleurs, il s’agit du seul signe UV que nous avions pris la peine de regarder : le premier. C’est ça de se faire promener, le cerveau enregistre vraiment mal les infos, tout occupé à papoter avec nos nouveaux compagnons.

DSC00635 Catacombes

Le gardien d’un puits d’une dizaine de mètres sur notre fameux « dernier tronçon »

Il ne nous reste plus qu’à nous engouffrer et retrouver le trou de souris permettant de rejoindre l’ancien tunnel ferroviaire. Nous voilà dehors ! Même si je n’avais pas de doute que nous finirions par sortir en procédant avec méthode, ça fait quand même du bien de gagner la « presque » lumière du jour.

Nous pouvons rejoindre la surface et nous changer, car évidemment après près de 4 heures à patauger et crapahuter sous terre, il va être compliqué de reprendre le métro comme cela.

DSC00697 Catacombes

Retour à la lumière du jour !

Au final, ce fut une très belle aventure pour une très belle cache et j’y retournerai à n’en point douter, mais cette fois-ci je prendrai une carte, je gagnerai du temps pour sortir :p Je vous la conseille évidemment !

Si vous partez à l’aventure, et comme toute aventure sous terre, partez en groupe et prévenez quelqu’un de confiance à la surface en lui donnant une heure de retour (que vous compterez largement). Prenez de l’eau, éventuellement de quoi manger, une lampe de secours et des batteries supplémentaires pour votre lampe et votre UV. Les vêtements devront être chauds, résistants et ne craignant rien, et idéalement prenez de quoi vous changer à la sortie. Un sac ou une boite étanche sont également vivement conseillés, l’eau peut monter bien haut. D’ailleurs, laissez tomber les bottes, elles ne seront pas suffisantes. Si vous avez l’opportunité de trouver une carte, ce sera une sérieuse aide en cas de disparition d’une partie du marquage.

DSC00663 Catacombes

Vivement que je retrouve le Capitaine Caverne !

Côté législatif, la balade est soumise à l’arrêté du 2 novembre 1955 et si vous croisez les « cataflics », vous risquez une amende de 60 euros, mais je pense que la visite vaut largement le possible « prix d’entrée ». Il semble d’ailleurs que cela n’inquiète pas spécialement les cataphiles qui ne prennent même pas la précaution de circuler discrètement. A priori, le risque est moins grand, si vous optez pour une balade en fin d’après-midi ou de nuit, simplement vous y croiserez une autre faune.

DSC00659 Catacombes

Les cataflics veillent !

You may also like

2 comments

Loïc décembre 2, 2019 - 10:51

Merci d’avoir partagé cette aventure !

Reply
detourgeocaching décembre 3, 2019 - 9:50

Avec un grand plaisir ! Mon petit doigt me dit que je ne devrais pas tarder à retourner dans les tréfonds parisien 🙂

Reply

Leave a Comment