[A nos chères disparues] Le chemin des sangliers @ night

by Fabien
0 comment

Connaissez-vous la géocache « Le chemin des sangliers » ? Si oui, c’est que vous connaissez bien vos classiques, bravo ! Mais si ce n’est pas le cas, le « chemin des sangliers » est une cache située dans une fortification mosellane de la ligne Maginot. Et du haut de ses 768 favoris (soit 70%), il s’agit encore actuellement de la 6e cache la plus favorisée de France malgré son archivage. Yopello, un des géocacheurs à l’origine de l’aventure nous a fait le plaisir de répondre à quelques questions pour en apprendre plus sur la vie de cette cache mythique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Oserez-vous parcourir le chemin des sangliers ?

On l’avait rapidement évoqué dans l’article sur les 10 caches les plus favorisées de France, mais je tenais vraiment à lui consacrer un article à elle seule. D’une part parce que c’est pour moi une cache culte. D’autre part parce qu’elle est maintenant malheureusement archivée et que l’hommage me semblait indispensable. Ce fut pour beaucoup LA première expérience de géocaching dans cet environnement si particulier qu’est une grande fortification profondément enterrée, alors forcement ça laisse des souvenirs impérissables.

242f3632-74a1-410e-9800-0c4297bb7294_l

Je poursuivrai très rapidement mon introduction en vous situant rapidement la cache. Il s’agit de la cache GC2Q30Y qui se situait dans les environs de Kemplich en Moselle au lieu dit du « Mont de Welches ». Posée en novembre 2011, elle prendra sa retraite en novembre 2018 après avoir accueilli 1304 teams de géocacheurs. Elle débutait (normalement) par une courte balade dans la forêt by night avant de plonger dans les entrailles de béton du fort. Je ne vais pas faire l’historique du fort, mais vous le trouverez ici, si vous voulez plus d’informations.

6abca326-ddea-42d0-aaed-78b59679f697_l

Ça n’a pas l’air grand comme ça, mais ne vous fiez pas à votre impression sur le plan.

Je vous propose un article en deux parties. Tout d’abord l’interview de Yohan alias Yopello, géocacheur bien connu de nos contrées du Nord Est pour son dynamisme dans la région, et au-delà pour sa bonne humeur. Puis, pour ceux qui voudraient poursuivre « l’aventure », je vous raconterai ma première visite dans ces lieux gigantesques à la recherche de la géocache « Le chemin des sangliers @ night »… avec quelques ratés :p.

c417c2d9-88a7-4dff-8601-770c5d8ed649_l

Pour en terminer avec l’avant-propos, je me permets de signaler que toutes les photos (à l’exception de celles que m’a données Yopello) ont été prises sur les logs du site geocaching.com. En effet, lors de mon premier passage en 2012, mes photos étaient de trop mauvaise qualité (éclairage et appareil photo pas terrible) et je n’ai pas repris de photos lors de mon second passage. Si un géocacheur souhaite que je retire sa photo, n’hésitez pas à me le signaler. Et maintenant, place à notre invité !

afb3a409-3be6-45aa-a86a-a26018acc135_l

Un portrait de Yopello

 

Le chemin des sangliers est un bien étrange nom peux-tu nous en parler un peu ? Qui sont donc ces fameux sangliers ?

Bonjour Fabien,

C’est marrant, on m’a souvent posé la question et je n’ai que rarement pris le temps d’y répondre, on va corriger cela tout de suite!
Il faut remonter en 2009/2010, Dorou (notre initiateur au geocaching), Mich974 et moi-même avons commencé à faire des sortis ensemble et rapidement nous nous sommes fait surnommés les Sangliers (les chemins c’est bien, mais crapahuter c’est encore mieux!).

De là sont nées plusieurs choses, un compte geocaching en commun (Les sangliers donc), la pose de caches et l’organisation d’events.

914ec8ca-e68c-481c-8a5b-8d0a02679167_sq250

Un des véritables sangliers

Avec le temps, mes 2 comparses ont arrêté le geocaching, d’autres m’ont rejoint dans l’aventure (Buschraft-moon et Phil57) et par la suite cela s’est élargi à toute la bande rencontrée lors d’events et autres sorties en Trip Team Moselle. Une belle équipe composée d’une grosse dizaine de joueurs avec qui, nous avons menés à bien pas mal de choses et l’aventure s’est clôturée par le fameux MEGA 4eme event forteresse.

129f0053-08eb-4856-b320-175002b98fb4

Fin en apothéose avec un MEGA !

 

Pour ceux qui ne connaissent pas, peux-tu nous parler un peu des lieux et de la cache ?

Alors oui, maintenant qu’elle est archivée, on peut en parler plus facilement!

La night cache était située sur un terrain militaire, elle commençait sous le pont d’une ancienne voie ferrée pour continuer (en suivant des réflecteurs de qualité qu’on ne retrouve malheureusement plus maintenant) dans les ruines d’un poste de commandement et pour emmener à l’entrée d’un fort: L’ouvrage d’artillerie du Mont des Welches (qui pouvait contenir jusqu’à 524 soldats en autonomie pendant plusieurs mois!). L’entrée était au départ assez complexe, d’où le fait que la cache était en terrain 5, il fallait se glisser par une « fenêtre » puis s’encorder pour passer au dessus d’un vide de 3 mètres et aller sur le toit d’un bâtiment intérieur puis descendre de 2 mètres sans possibilité de bien se sécuriser. Par la suite, une large plaque de métal a été posée au dessus du vide, ce qui a grandement facilité l’entrée. Ensuite il y a de quoi explorer, visiter, le lieu est immense!

d6803097-3a74-4c6e-b734-5f64a2e4c707_l

La partie immergée de l’ouvrage

Tu m’indiquais que ce bâtiment eut la chance de voir du beau monde ! Tu as des détails ?

En effet, le fort était un modèle d’intégration au paysage, du coup il était privilégié aux autres pour recevoir les officiels. Et chose qui peut paraître improbable aujourd’hui, mais le roi Georges VI est venu dîner dans le fort, il y a même une vidéo le montrant à son arrivée, plus d’informations sur ces 2 pages:

http://hestroff-familles-anciennes.over-blog.com/article-quand-georges-vi-visita-la-ligne-maginot-107310594.html

http://hestroff-familles-anciennes.over-blog.com/article-georges-vi-chez-nous-en-decembre-1939-107763932.html

db35b66f-7e59-4061-b0ad-a169d9aad742_l

A priori, ce n’est pas sur cette table qu’a mangé le roi Georges VI

 

Comment avez-vous trouvé un spot aussi magique ?

L’idée de créer une cache dans un fort de la ligne Maginot nous est venue après avoir trouvés GC1TFYE Necronomicon Ex Mortis, GC2F23Z 1EF – Abri de Veckring et GC1VNFY Happy Birthday, malheureusement toutes archivées à l’heure où j’écris ses lignes.

Après moult recherches sur les plans Maginot pour voir s’il y avait encore un fort de libre, assez grand et intéressant pour y faire quelque chose, je suis tombé sur une cache archivée en 2006, GCQZBH The Fortress. Je me suis rendu sur place avec Mich974 et Dorou et miracle, 5 ans après, l’entrée était encore ouverte…

11702aa4-826d-4fe9-b20a-1e1ef584f895_l

Quand on a l’opportunité de pouvoir poser dans ce genre de décors hors norme, comment choisi-on quoi en faire ? Cette cache a-t-elle eu plusieurs versions ? 

Alors on a commencé par plusieurs repérages, analyse des lieux, de la fréquentation de non geocacheurs… D’abord l’idée d’en faire une night est arrivée, pour éviter d’attirer la curiosité des voitures qui passe sur la route à proximité du parking de départ.
Ensuite les idées sont multiples, mais le lieu nous à guidé tout seul à vrai dire, c’est venu naturellement!

cc8bb889-a2c5-411f-8959-6135a2cbede2_l

Un dortoir comme on en trouve de nombreux

L’envie de faire découvrir ce pont abandonné (une cache y était placée) puis les ruines (une T5 dans un arbre y était cachée), tout cela à la lampe de poche et en suivant des réflecteurs, pour emmener les gens où ne le voulions exactement.

Ensuite il y avait donc l’entrée du fort, puis l’exploration. Nous avions placé des réflecteurs à l’intérieur aussi, sur des aimants (et oui, l’humidité grandement présente nous a interdit l’UV et le collage de papier réfléchissant). Ils faisaient explorer le fort jusqu’aux recoins les plus éloignés, là, un indice était caché dans une salle de stockage d’armes. Cet indice expliquait de chercher, à l’aveugle, sous ses pieds en rebroussant chemin. Là, une ammo box était caché sous une ancienne voie ferrée intérieur, dans la salle du moteur de traction des wagons de munitions.

ff87279f-fb94-4cdb-a64f-747949ac4c62_l

L’entrée de la cache

Ça, c’est la première version car avec le temps, nous nous sommes fait voler 3 ammo box, tous les réflecteurs intérieurs, et même les boites de pellicules photos pour remplacer les ammo box qui disparaissaient… Du coup, nous avons, avec la 2eme équipe des Sangliers, décidé de faire plus simple (j’étais à 2 doigts d’archiver la cache, mais à cette période elle était 2 ou 3eme plus favorisée de France, ça me faisait mal au ventre d’arrêter une cache autant plébiscitée) en plaçant la boite en hauteur, dans la cuisine, bien cachée de l’œil du commun des mortels, mais pas de celui des geocacheurs!

84e061a7-99e9-4f1e-898f-ee97096bb905_l

La salle des moteurs

 

Outre son nombre impressionnant de 766 favoris, cette cache a eu plusieurs fois les honneurs de Groundspeak et de la presse.  En as-tu ressenti les retombées ? 

En effet, la cache a eu plusieurs honneurs, une fois dans le magazine Geocaching allemand puis le compte instagram officiel de Geocaching en a fait 2 fois la promotion.
Niveau retombées, c’est surtout après l’article dans le magazine que nous en avons eu, les allemands sont venus encore plus en masse (ce qui n’est pas toujours bon comme je vais le décrire plus bas).

Je n’ai été prévenu que par des amis, rien d’officiel, d’aucune part!

img_20190126_213754

Geocaching Magazin : le magazine allemand du Géocaching …

img_20190126_2139061

… qui consacre plusieurs pages à la cache !

 

Le chemin des sangliers fait partie des caches mythiques du secteur et elle attire donc beaucoup de visiteurs. As-tu quelques anecdotes à nous raconter sur ses visiteurs ? 

Il y a quelques personnes qui sont tombées nez à nez avec des ferrailleurs ,quelques échanges houleux, mais sinon, pour les anecdotes, il faut aller lires les quelques 1304 found it, ce sera plus parlant que l’interprétation que je peux en faire.

0128c435-6528-48e3-8972-55592c829e89_l

Un accessoire pour ferrailleur ?

La cache est malheureusement désormais archivée. Peux-tu nous dire comment cela s’est passé ? 

Le lieu étant sur un terrain militaire, c’était un risque qui pouvait arriver n’importe quand et ça a fini par nous tomber dessus.

Des allemands, venus en masse et donc peu discrets, se sont fait arrêter dans le fort, la boite aurait même était confisquée (je ne suis pas encore allé voir, j’attends de laisser passer quelques mois pour aller vérifier ça) et l’un d’eux à logué un found it et dans la foulée un need archive en racontant l’histoire. Le reviewer a pu vérifier et valider que c’était bien un terrain militaire donc interdit et m’a demandé d’archiver moi même avant qu’il ne le fasse.

C’est compliqué, mais ils doivent « protéger » les geocacheurs donc je pense qu’ils ont raison d’éviter qu’il y ait ce genre de cache en lieux prohibés et potentiellement dangereux…

6dd74154-544d-442d-bc1c-2e4a95f6ae5b_l

Un des dangers présents sur la cache

Pour les géocacheurs qui regrettent de ne pas avoir pu visiter cette cache mythique, as-tu quelques conseils de caches pouvant leur faire ressentir une ambiance telle que celle du « Chemin des sangliers » ?

Il y en a encore quelques-unes non archivées, je vais citer mes 2 favorites, GC3YFB5 Raiders of the lost place II et GC3CHDH Petit ouvrage du Welschhof, à faire absolument avant la fin des caches dans des forts Maginot.

Merci de m’avoir laissé m’exprimer sur cette cache et son histoire.
Petite info pour les lecteurs du blog, les passionnés de Maginot et nostalgiques des events Forteresse, quelque chose se prépare pour mi-août de cette année 😉

92c62384-a5a2-4720-bf30-f2dbbae8f0c4_l

Un grand merci à Yohan pour avoir pris le temps de nous raconter la vie de cette belle cache et vivement plus d’informations sur la surprise de cet été ! Je confirme (et radote, je suis désolé), mais je suis aussi intimement persuadé que malheureusement ce genre de caches, vit ses dernières heures, donc ne tardez pas si vous voulez les visiter en version géocaching… et même les visiter tout court…  Et je conclurais cet article par ma version de la cache en mode relativement débutant que j’ai eu la chance de faire en 2012. Je l’ai écrite de mémoire, vous excuserez donc les éventuelles imprécisions… 

 

Ce soir, c’est le grand soir ! Celui du chemin des sangliers ! Je retrouve mon petit groupe d’amis du vendredi soir, à savoir les « pieds mouillés ». Les pieds mouillés, nous vient d’une nuit explo caching/urbex en plein janvier passée à patauger dans un mètre d’eau dans un labyrinthe de tunnels sous une ville luxembourgeoise… Une expérience assez dingue, mais ce sera une autre histoire.  Outre notre petit groupe habituel, nous accueillons deux invités, dont un moldu… Ce dernier petit détail aura son importance.

d69d8f54-4d53-4ab4-ac5a-e3b03f6b0f21_l (1)

Une fois tout le petit monde rassemblé nous commençons par une cache toute proche dans un petit ouvrage qui sert de poste avancé à la fortification du soir. Tout le monde rentre à la queue leu leu dans les couloirs étroits du bunker et à l’aide du hint la cache sera rapidement trouvée par le premier de la file qui indiquera au dernier que c’est bon et qu’il peut arrêter de pousser ! On se croirait sur un MEGA :p Il est ensuite temps de gagner un ancien pont où la recherche sera un peu plus laborieuse, mais tout de même couronnée de succès. Fin de l’échauffement ! Passons au vif du sujet ! Le chemin des sangliers !

9ee5db90-291e-4d49-a71d-55742f401c4c_l

L’ancien pont

Tout en papotant, nous suivons, à l’aide de nos lampes, le balisage des réflecteurs qui nous balade un peu dans la végétation. Et après quelques minutes, nous voici devant l’impressionnant ouvrage. Monolithe de pierre que seule perce une petite entrée. Nous savons que ce bloc de béton n’est qu’une infime portion de l’immensité qui se trouve sous terre. Les icebergs de glace peuvent aller se rhabiller au niveau du pourcentage non visible par rapport aux icebergs Maginot.

7d957cbf-1cb9-464c-b8e1-421773ea0767_l

L’entrée vers un autre univers

Quelques dizaines de centimètres de hauteur sur deux ou trois mètres de long pour tout passage, puis une grande plaque en métal posé en travers pour descendre jusqu’au sol… Voilà les conditions d’accès qui nous mettent dans l’ambiance de l’exploration. Et donc, ramping tête en avant ou pieds en avant telle est la question qui se pose. Chacun y étant allé de sa technique, nous sommes tous dans l’ouvrage prêts à débuter l’exploration.

e6c6ddb8-38aa-45d4-85ab-e25424972df9_l

A chacun sa façon de passer, mais le plus « drôle » est à venir 🙂

Il faut savoir que nous sommes entre deux maintenances et que des réflecteurs ont disparu, et cela nous le savons. Mais nous savons également que nous cherchons une ammobox, donc ça parait jouable et nous avons donc comme stratégie de faire une visite complète des lieux et…. on verra bien !

fcf7a339-7fcc-4579-a52c-3d6e4dfc5405_l

C’est parti pour une longue déambulation

Si maintenant déambuler dans ce genre de lieu est assez commun pour moi, à l’époque c’était assez nouveau, surtout dans des fortifications de cette taille, et nous avions un peu d’appréhension de perdre quelqu’un sur le parcours. Nous nous sommes donc mis en ordre de marche de façon groupée sans trop nous disperser et en vérifiant régulièrement le compte des géocacheurs. Après la zone d’accès, quelques pièces donnent sur l’entrée principale (qui est enterrée) et une longue pente et sa voie ferrée qui descend dans les tréfonds du fort. Et donc, on descend, on descend, on descend…

55e9a1d5-f13c-4c16-87a7-66d8dfb2ce13_l

Un dernier regard en arrière

Les fonds du fort semblent de premier abord de véritables dédales. Là encore avec l’expérience, je n’ai plus de sentiment, mais à l’époque j’avais l’impression de couloirs nombreux qui partaient dans tous les sens. Aussi faisons-nous bien attention de mémoriser tous les points de passage et de tenter l’exploration la plus méthodique possible pour ne rater aucune pièce et donc ne pas rater la cache.

aeba4e5e-ec18-4298-8793-28dda31155a4_l

De nombreux longs couloirs

Malheureusement, et comme souvent, les ferrailleurs étaient passés avant nous, aussi il ne restait pas grand-chose ici. Mais c’est quand même l’occasion de découvrir, outre les couloirs sans fin de ce monde souterrain, la cuisine et son immense cuisinière, la salle des filtres à charbon qui permettait d’isoler le fort en cas d’attaque, les ascenseurs, les chambres et leurs fameux lits superposés et bien sûr de nombreux blocs de combats et leurs impressionnantes tourelles… entre autres… Bref, on en prend plein les yeux. Rétrospectivement ce n’est pas le fort le mieux conservé, mais c’est tout de même un moment marquant.

d2d5ea5b-6aad-4f43-b602-233b6da680fb_l

Des rangées de filtres pour parer à une attaque chimique

Les longs couloirs s’enchaînent, et l’on note mentalement notre itinéraire : tel bloc de combat et ses très (trop) nombreuses marches d’escalier : c’est fait. Passons au suivant ! Celui-ci est complètement brûlé, mais nous l’explorons quand même, et toujours pas de cache. Les forts ont souvent des odeurs assez particulières. Ce bloc brûlé sent bien sûr une odeur de cramée, mais souvent il y a une odeur d’huile plus quelque chose d’assez indéfinissable. Je ne vais pas revenir sur les bruits et les ombres, j’en ai déjà parlé dans d’autres articles, mais le tout nous projette vraiment dans un monde à part où tout est différent et notamment le temps. Après, justement, un temps relativement conséquent, mais cela, on ne s’en rend pas encore vraiment compte, nous pensons avoir exploré l’intégralité du bâtiment . Quelle zone a-t-on ratée ? Car nous n’avons toujours pas trouvé la cache.

d0796d26-736a-41a5-a30e-e661e52bece0_l

Nous nous réunissons pour faire le point… Une ammobox, nous l’aurions vu, ce n’est pas quelque chose de petit, c’est donc que nous avons certainement raté une partie. Jusqu’à présent, nous avons tout exploré tous ensemble, mais il est tard et nous décidons donc de refaire le tour, mais cette fois-ci en nous répartissant le fort par petit groupe de 2. D’ailleurs notre petit groupe de 2 finit par se diviser en groupe de 1 pour gagner du temps. Notre binôme ne trouvant pas de cache sur son secteur, nous nous retrouvons au point central en espérant que les autres eurent plus de chance… Mais non, toujours rien.

1faeb696-0e71-4138-a28d-67de03d510b0_l

Notre lieu de débriefing qui sera aussi le futur emplacement de la cache

Il ne nous reste plus que le segment entre ce point et la sortie à explorer et on aura tout visité deux fois… On remonte les quelques pièces, dont une, en sous-sol. Et celle-là ? On l’a déjà faite ? Oui, oui, moi j’y suis allé, il n’y avait rien ! Et celle-ci ? Pareil, elle était vide ! Nous voilà donc tous dehors après le passage « ramping » de l’entrée du fort.

114f4ce4-7d7b-41ff-a43f-31c87e4a51ef_l

Un des bacs contenant du sable

Mais on ne va pas se laisser abattre… Il est près d’une heure trente du matin (et je travaille demain), mais nous connaissons quelques joueurs qui sont passés avant nous. Nous tentons donc d’envoyer des SMS à nos connaissances, histoire de récupérer un indice auprès de quelqu’un qui serait encore réveillé… bon, en fait, on ne va pas se mentir, on cherche clairement la localisation de la boite. Après nos pas loin de 4 heures passées sous terre, on a du mal à partir avec un DNF.

02b7da61-3d9e-49c3-a22a-d23896d1a13b_l

Le bas d’une des tourelles que nous avions fouillé de fond en comble

Miracle ! Malgré l’heure plus que tardive une de nos connaissances non appelle en réponse à notre message. Oui, il sait où était la boite à l’époque où il est passé ! Mais il n’est pas sûr qu’elle soit toujours là, il croit qu’il y a eu des maintenances/déplacements depuis son passage. Il s’agirait d’une sorte de petite salle/cavité en sous-sol, là où se trouve une sorte de gros engrenage. En gros, une des « salles » que notre ami moldu a visitées au début de la balade et où nous ne sommes pas repassés à la sortie, car il a dit qu’il l’avait exploré.

0f48324f-1fda-47e6-9077-c4ddb6eebf04_l

Tout le monde retourne dans le fort !

Même si notre « informateur » n’est pas sur de son tuyau, très vite tout le groupe repasse par l’étroiture pour gagner cette fameuse petite pièce où se trouve effectivement un gros mécanisme composé d’engrenages et d’une belle ammo-box au milieu. Réponse de notre moldu : Ah ? C’est ça que vous cherchiez ? Comme quoi, on aurait peut être dû commencer par les bases…

9e56cf22-d978-445a-b45d-00ad5cc38bb9_l

Comme on dit chez nous : Touche pas à ça p’tit con !

En tout cas, quel bon moment et quelle belle soirée passée ensemble à parcourir ces lieux exceptionnels ! C’est sûr que si on avait trouvé tout de suite la boite, cela aurait été bien moins drôle et moins mémorable. Cela restera évidemment, un excellent souvenir sur une très belle cache d’anthologie.

You may also like

0 comment

Bigou13 janvier 30, 2019 - 10:48

Encore une fois, un article a lire et relire.
Il va vite falloir se prévoir une virée pour exploreration des forts, tant que c’est encore possible…
Merci Fabien!

Reply
detourgeocaching janvier 31, 2019 - 8:13

Merci beaucoup pour ton agréable message ! L’avantage de ce genre de géocaching, c’est que c’est même compatible avec la neige 😉 Donc venez !

Reply
Le_sanglier janvier 31, 2019 - 1:53

Un bien bel article. J’adore ces aventures. Merci.

Reply
detourgeocaching janvier 31, 2019 - 7:39

Merci beaucoup !

Reply
Syl06 février 1, 2019 - 7:59

Super article. L

Reply
Syl06 février 1, 2019 - 8:03

Oups… la suite… le lieu est magnifique !
J’aurais bien aimé pouvoir la faire… et lui ajouter quelques PF !

Reply
Kosni février 1, 2019 - 5:45

Mon 1er fort sous-terrain, ma 1ère D5/T5, ma 1ère night cache et de nombreux souvenirs qui remontent avec ce chouette article, merci Fabien pour ces beaux récits 😉

Reply

Leave a Comment