Géocaching sanglant : lecture, interactivité et géocaches

by Fabien
0 comment

Écrit par Michel Aguilar, Géocaching sanglant fait partie des trop rares romans parlant de géocaching. Pourtant, vous en conviendrez, avec moi cette activité a tout pour être  une source d’inspiration… Bon évidemment, si vous lisez ce blog, vous êtes certainement tout sauf objectif sur ce sujet… et moi non plus. Au-delà du sujet du roman, quelques innovations « techniques » prenant la forme d’une lecture à plusieurs dimensions vont ravir le chasseur de trésors que vous êtes. Alors que vous soyez couverture et boisson chaude au coin du feu ou amateur d’énigmes et aventurier tout terrain, il y a des chances que vous trouviez de quoi vous dépayser et vous faire plaisir dans ce roman… ou sur le terrain !

20171114_132021

Des effets (très) spéciaux dignes des plus grands studios photo :p

Je me permets un petit préambule : je ne suis ni auteur ni critique littéraire. Je suis juste lecteur et géocacheur régulier. Mon avis n’engage que moi et ne saurait constituer une vérité absolue. Je ne doute pas que votre avis puisse être différent du mien, et dans ce cas tant mieux ! Discutons ensemble de nos impressions. Évidemment je ne spoilerai pas l’histoire, ce serait encore pire que de spoiler une cache. 😉

Avant toute chose, il faut dire en quoi ce roman est atypique, car atypique il l’est. En effet, il est possible de lire cet ouvrage de plusieurs façons et qui plus est, de manière complètement en adéquation avec ce qu’un géocacheur pourrait rêver d’un roman. On peut opter pour une lecture classique, une lecture avec une plongée virtuelle dans les paysages, une lecture avec résolution d’énigmes et pourquoi pas une lecture avec une progression en parallèle sur le terrain. Nous voilà donc dans un vrai roman à 3 dimensions.  Voyons cela plus en détail.

La lecture classique : Geocaching sanglant est avant tout un roman, donc au-delà de toutes autres surcouches interactives, le récit peut être lu comme tout livre, en faisant fi des artifices. Si vous voulez simplement lire une histoire, vous avez toute latitude pour le faire sans que l’histoire ne perde de sa saveur. Pour ce qui est de celle-ci, nous en reparlerons un peu plus tard.

La lecture avec plongée virtuelle dans les paysages : En fin de chapitres, vous trouverez régulièrement un QR Code qui vous permettra d’afficher des vues à 360° du lieu de l’action via Google Maps ou quelques éléments additionnels tel que des images ou des plans. Ce système est un complément intéressant à l’imagination, d’autant qu’il est placé en fin de chapitre et ne viendra pas interférer avec votre vision imaginaire des lieux. N’importe quel lecteur de QR Code sur votre téléphone vous transportera donc dans les lieux de l’intrigue.

20171114_131933

Un exemple de QR-Code et un lieu que nos amis marseillais devraient connaitre

La lecture avec résolution des énigmes : La progression des personnages se fait par l’intermédiaire d’énigmes qu’ils devront résoudre et sur lesquelles vous pouvez travailler également. La suite du roman vous apprendra si vous avez trouvé la bonne solution. Certaines des énigmes sont solvables relativement rapidement si vous entraînez un peu vos neurones sur les mysteries, mais pas mal sont, et resteront pour moi, assez cryptiques. Il faut dire que je n’ai pas pris le temps de plancher beaucoup dessus préférant avancer dans le roman.

L’idée est vraiment bonne de rendre le livre interactif par ce biais, mais si quelques-unes pourraient être de vraies énigmes de géocaching d’autres relèvent plus d’autres chasses au trésor. En effet en géocaching, on recherche une coordonnée ce qui ne sera pas toujours le cas des énigmes. Je regretterai simplement de ne pas avoir la solution complète de l’énigme à la fin du roman, car si quelques éléments des mystères sont révélés en cours d’intrigue, on reste parfois un peu sur sa faim quant à la résolution complète.

La lecture avec progression en parallèle sur le terrain : La promesse de Géocaching sanglant est double : pouvoir retrouver en vrai, les lieux et certains personnages, sur place et pouvoir suivre l’histoire sur le terrain à la recherche des mêmes boites que les aventuriers de l’intrigue. Je trouve vraiment l’idée excellente surtout pour sa seconde partie, mais…. j’ai eu beau chercher sur les cartes de Groundspeak, les précieuses boites, je n’y ai rien vu. En relisant la page d’explication sur le livre, il est question de « boites » et non de « géocaches », ce qui est bien dommage. La mise en place d’une vraie géocache aurait vraiment été un plus et accessoirement un petit coup de com’ pour l’auteur. Si vous voulez, allez chercher vous-même les boites, pensez à prévenir l’auteur via la page Facebook, car à priori il y a quelques informations supplémentaires à prendre avant de se lancer.

La première partie de l’intrigue se déroule dans le Sud de la France. Malheureusement lors de mon passage dans la région l’été dernier, je n’avais pas encore lu le livre, donc je n’ai pas pu me rendre sur une des caches. Si quelqu’un a été chercher une boite, ça m’intéresse beaucoup de savoir ce qu’il en est. La seconde partie du livre quitte l’Europe pour bien des destinations lointaines. Si vous voulez visiter tous les lieux prévoyez un gros budget et beaucoup de temps :p Sur ces lieux éloignés il n’y a pas de boites partout, mais vous pouvez en poser une si vous contacter Michel Aguilar.

15439848_734895063331159_1300620914483836408_n

 

Qu’en est-il de l’intrigue ? Vince Dubreuil, richissime propriétaire de vignes et sachant ses jours comptés, va organiser une chasse au trésor à grande échelle, basée sur le principe du géocaching, afin de trouver un successeur digne du domaine viticole. Parmi les concurrents se trouve Adrien, son propre fils, qui devra mériter sa succession ainsi que Bastien, à la recherche de ses parents et dont l’histoire semble étroitement mêlée à celle de la famille Dubreuil. C’est donc une gigantesque compétition qui s’organise et qui va attirer plus d’un géocacheur aux motivations diverses. Bien sûr, une seule équipe peut gagner, peu importe… ou presque… les moyens utilisés. Chaque « géocache » mène à la suivante et qui sait… à la fortune… ou à la mort….

Et le géocaching dans tout ça ? Comme indiqué, la chasse au trésor n’est pas du géocaching stricto sensu, mais est basée sur le géocaching. Plusieurs des personnages sont d’ailleurs des géocacheurs qui se retrouveront lancés dans l’histoire suite à un message écrit sur un forum spécialisé. On y trouve donc des éléments communs au jeu tels que l’utilisation de coordonnées GPS, le vocabulaire, les énigmes, les boites au point final et notamment d’ammo-box chères aux géocacheurs. Toutefois, autant dire que pas mal de géocaches n’auraient jamais étaient publiées selon les guidelines de Groundspeak. Accessoirement un géocacheur aurait certainement tendance à utiliser le système de coordonnées sexagésimal plutôt que le décimal utilisé dans tout l’ouvrage.

16903442_772556316231700_8150786980111318505_o

Image éhontément empruntée sur la page Facebook de l’auteur

Et l’histoire dans tout ça ? C’est peut-être là que je serai le plus mitigé. J’ai vraiment eu du mal à me mettre dans l’intrigue tant le début fait preuve de quelques grosses ficelles et autres clichés pour pouvoir mettre l’histoire en branle, et il faut vraiment passer le début du livre pour être emporté par le récit. Car oui, globalement l’idée du roman est bonne et les parties de chasse au trésor sont prenantes, mais l’auteur a choisi quelques facilités qui réapparaîtront à la conclusion de l’aventure. Je ne suis pas sûr que si l’on me propose de me déshériter sauf à gagner un jeu de piste, je trouverai que « c’est bon pour moi » ou que ça m’occupera l’esprit. Je ne suis pas sûr non plus que l’on pourra un jour accéder à mon disque dur juste parce que j’ai posté un message dans un forum. Je ne suis pas sûr non plus que je miserai sur la façon de faire de l’initiateur du projet pour lancer un des concurrents sur la piste du trésor. Etc., etc.

Heureusement, il ne faut pas s’arrêter à cela et le roman dispose de nombreux atouts. Le suspens est présent tout au long de l’histoire, mais je nuancerai simplement, car j’ai trouvé que le suspens de chaque épreuve l’emporte sur le suspens de l’histoire en général. Mais cela n’est pas gênant en soi et n’altère pas le plaisir de la lecture.

L’écriture entremêlée des récits permet d’apporter une touche dynamique à la narration. Les différentes « géocaches » apportent autant d’aventures et d’environnements différents qui assurent également le dynamisme du récit. On ressent vraiment la connaissance de Michel Aguilar des lieux traversés grâce à des descriptions vivantes de paysages merveilleux parcourus, aussi bien en France que dans le monde entier.

Capture plein écran 14112017 211724

Il y a plus moche comme décors

En conclusion :  J’ai passé un bon moment en compagnie du livre « Géocaching sanglant » même si le début m’a laissé un peu dubitatif. Toutefois, j’ai beaucoup aimé parcourir, avec les personnages, les épreuves ainsi que les paysages. Sur ce point le livre est une réussite. Le côté interactif du livre est un véritable plus, surtout pour une partie du public visé : NOUS ! J’attends donc avec impatience la suite « Serial-geokiller » pour poursuivre l’aventure avec deux des protagonistes de l’histoire.

21192013_871609119659752_3447869980717847305_n

Vivement la suite !

Où acheter le livre :  vous pouvez passer par la boutique Cache Boutique (actuellement le livre est en rupture, mais une réimpression semble en cours) ou allez directement sur le site de Michel Aguilar pour commander votre édition qui pourra être dédicacée. À noter que je n’ai aucun conflit d’intérêts ni avec l’auteur ni avec Cache Boutique.

You may also like

0 comment

Michel Aguilar janvier 28, 2019 - 7:29

Merci de cette analyse même si j’aimerais débattre de certains points… toutefois, il est bon de se frotter à des critiques négatives car cela me fait progresser (heureusement elles ne sont pas nombreuses !). Dommage que je ne découvre ce blog qu’aujourd’hui !
Le livre a été en rupture sur Géocache boutique mais ne l’a jamais été sur mon site.
En ce qui concerne l’officialisation des caches, j’ai été frileux car un reviewer m’a laissé entendre que ce n’était pas possible de lier le livre à des caches officielles… jusqu’à ce que je découvre qu’il existe un romancier allemand qui l’a déjà fait !
La suite se construit peu à peu mais, fort de l’expérience (et des déconvenue liés aux partenaires) je soigne plus particulièrement les interactions afin qu’elles soient gravées dans le marbre avant la sortie du second opus. je ne manquerai pas de tenter d’officialiser ces caches.
Encore merci pour votre analyse.

Reply
detourgeocaching janvier 28, 2019 - 8:26

Un énorme merci d’avoir pris le temps de laisser un mot sur ce petit blog ! (je vais faire mon fainéant et reprendre en grande partie ce que je vous ai écrit sur Facebook)

Je suis désolé, si la critique vous a semblé dure… J’ai vraiment apprécié votre livre aussi bien dans sa forme que pour son intrigue. J’espère que mes quelques lignes reflètent tout de même ma très bonne impression générale sur votre travail. Les quelques critiques que je soulève ne sont que des détails. Et loin de moi l’idée d’ériger cela en vérité absolue et certainement que les autres lecteurs auront une vision différente des choses. L’intrigue est passionnante, le suspens très bien géré, le récit est dynamique, les descriptions criantes de vérité pour ce que je peux imaginer des lieux que je ne connais pas et on se prend à trembler pour les personnages. Encore une fois, ce ne sont que quelques détails dans l’intrigue qui m’ont fait tiquer et j’ai eu seulement un peu de mal à me lancer dans l’histoire. Mais une fois dedans, ce fut un réel plaisir. Peut-être n’étais-je juste pas dans les dispositions idéales au début du roman. On peut lire deux fois un même roman et le voir de deux façons complètement différentes selon l’état d’esprit dans lequel on est.

Ce qui m’a manqué tout de même, ce sont les solutions des énigmes avec leurs explications détaillées (par exemple en fin d’ouvrage ou via un QR code).  J’avoue ne pas avoir pris le temps de les résoudre si elles me résistaient un tant soit peu… j’ai préféré avancer dans la lecture. 

Il y a certainement moyen de poser des caches en rapport avec le livre, mais il faudrait peut-être que vous contactiez un reviewer pour négocier une dérogation avec le HQ. Car effectivement, par défaut toute forme de publicité est interdite. Donc les reviewers, en absence d’indications contraires, se doivent d’appliquer les règles.

Encore bravo pour votre récit et merci pour cet agréable moment d’évasion. 

Reply

Leave a Comment