GeoRoadTrip en Allemagne pour le Giga de Hambourg 2019

by Therion
2 comments

En cette fin de période de confinement, je vous propose un voyage virtuel. Je vous emmène dans un « petit » road-trip d’une semaine à travers l’Allemagne qui se fera de la Lorraine jusqu’au Danemark en passant par le Giga 2019 de Hambourg. Au programme : caches pleines d’originalité, caches webcams et jolies villes. Je vais essayer de vous convaincre qu’en plus d’être un pays qu’il faut aller découvrir, l’Allemagne est, à mon sens, LE pays du géocaching. Attention toutefois, je vais beaucoup spoiler l’aspect des caches. Si vous prévoyez de faire le même genre de parcours, arrêtez votre lecture ici. Prêt pour un périple au plus de 100 000 PFs ?

Pour vous resituer le contexte, nous étions partis à 3 pour aller au Giga 2019 de Hambourg. Et, bonheur, nous avions tous pu nous libérer une grosse semaine. L’idée était donc de faire un road-trip de la Lorraine  jusqu’au Giga… et tant qu’à faire,  de pousser jusqu’au Danemark. Le tout bien sûr en passant par les plus belles caches, les plus belles villes et quelques webcams caches… ben oui, il ne faut pas gâcher :p. Notre but était double : visite et géocaching. Donc nous avons été raisonnables sur la quantité de géocaches recherchées : le but n’était pas de faire du volume ni de ‘performer’. Ne soyez donc pas surpris du peu de caches trouvées par jour. Nous avons dû supprimer de la liste toutes les très belles multis présentes qui pour certaines prennent 3 à 5 heures… pour un allemand ! Et ce genre de caches sont nombreuses. Nous avons également supprimé de notre listing toutes les caches où il faut réserver un créneau. C’est une façon de faire assez courante ici pour les caches les plus populaires. Enfin, pas mal de caches prévues n’ont pas pu être faites par manque de temps. Je ne vous présente donc pas ici les « plus belles caches », mais uniquement « de belles caches » que nous avons visitées.

L’Allemagne, nous connaissons un peu, puisque les régions proches de la frontière sont un de nos terrains de jeu préféré. Nous avons donc décidé de considérer que notre point de départ ‘officiel’ pour la recherche des caches serait Frankfurt am Main, le reste étant trop près de chez nous pour nous intéresser lors de notre périple. Nous pourrons y revenir à l’occasion. Mais je vais quand même vous proposer quelques caches faites à d’autres occasions sur l’axe que nous avons emprunté.

Maintenant un petit avertissement : je vais spoiler pas mal de caches. Je vais essayer de le faire sans vous donner d’astuce de résolution sauf si la cache est archivée, mais vous découvrirez tout de même l’aspect général. Donc, comme indiqué plus haut, si vous comptez faire la balade, cet article n’est pas pour vous. Toutefois, si vous le souhaitez, je partagerai avec plaisir mes préparatifs faits sur Cachetur.no, ce qui vous permettra d’avoir une base pour votre périple. N’hésitez pas à m’envoyer un message si vous voulez accéder aux détails de notre périple.

Note : habituellement je demande les autorisations aux owners pour publier leurs caches, mais là il y a beaucoup trop de caches… et en ce moment, j’ai trop peu de temps.  Donc si votre cache est présente et que vous voulez que je supprime les photos, faites-le-moi savoir, je ferai au plus vite.

 

Jour 1 : Lorraine -> Frankfurt am Main

Nombre de caches : 8 caches pour 9356 PF dont 1 webcam sache.

Nous n’avons là que l’après-midi pour rejoindre Frankfurt, car je devais travailler le matin. Nous ne ferons que quelques caches, mais déjà de quoi en prendre plein les yeux !  En plus d’un départ tardif, nous serons bloqués un bout de temps suite à un accident sur la route et nous ferons également un beau et long DNF.

On commencera par une webcam (GCMMNE) avant d’attaquer plusieurs très belles séries. La première sera la série ‘Stein’ (pierre) avec … des pierres. Oui, mais d’étranges pierres que l’on pousse, tire ou tourne. Toutes ont plus de 1000 PF au compteur. La première (GC4KJ2M) est malheureusement désormais archivée. On commençait par un WP dans le chapeau d’un poteau qui permettait de trouver la cache en elle même. Il s’agissait d’un labyrinthe géant à parcourir en faisant bouger un gros tube métallique. Elle n’était pas simple avec ses multiples bras morts.

Le labyrinthe

dont le parcours est caché sous terre

Je ne vais pas vous dévoiler les astuces des autres caches (GC36QKM)(GC38QBV), etc., mais chacune est différente. Vous poussez une pierre et une autre ressort d’un mur, vous tirer sur une pierre et une autre sort du sol, etc. Un travail dingue et des caches magiques !

On tire sur une pierre qui en soulève une autre

Ici, on poussera une pierre pour qu’une autre ressorte.

En parallèle, on opte pour quelques caches de la série ‘Geburstagcache’ (cache d’anniversaire) qui dépassent toutes les 500 PF. Il s’agit de boites avec des systèmes d’ouvertures amusants. Soit avec du mobilier urbain modifié soit avec des boites bien visibles, mais avec des systèmes d’ouvertures originaux. C’est ainsi que nous avons découvert les clés égyptiennes  (GC5FD6C).

La clé égyptienne qui ouvrira la boite

Que nous avons recherché la bonne combinaison (GC69M0J)

Le bon code ouvrira la trappe

Ou que nous avons beaucoup tourné autour d’un élément improbable qui bondira une fois l’astuce trouvée (GC6KE9T)

Un camouflage redoutable !

Si vous avez plus de temps que nous, il y a énormément de caches à faire entre la frontière et Frankfurt.

Elle vous occupera un moment, mais vous pourriez commencer par Mario Stoneworld (GC3HCC3), une multi complètement dingue, grandeur nature, avec de vraies échelles, de vraies étoiles à collecter et un monde de fantôme. Le tout dans un cadre étonnant.

Je pourrais vous recommander des tas de caches selon que vous vouliez des beaux bricolages, de l’urbex, de la T5, de l’aventure, de la difficulté, etc. Mais je vais vous conduire tout de suite dans une forêt magique proche de Frankfurt. En ne prenant que les caches les plus cotées, on arrive à plus de 65 000 PF dans la même forêt pour une petite vingtaine de caches (GC469TG) (GC2586K), etc., etc., etc.  Mais il y en a bien d’autres. Là je ne vais pas vous donner le détail, il vous faudra aller découvrir cela. Vous trouverez beaucoup d’électronique, de petits casse-têtes, de beaux camouflages, de caches très très ludiques. Ce qui est génial, c’est que vous croiserez forcément d’autres géocacheurs et que vous n’aurez pas du tout besoin de vous cacher pour rechercher les boites. Pour la petite histoire, ces caches font partie du ‘Pilotprojekt Geocaching’. Je pense que je vous en reparlerai une prochaine fois, car je trouve l’initiative très intéressante. Elle vise à trouver un compromis entre les géocacheurs et les acteurs locaux (propriétaires des forêts, chasseurs, etc.). Elle permet d’avoir des caches de qualités, connues et acceptées de tous, et qui ont moins de risques de souffrir de dégradations. Cela permet de construire des choses d’envergure et de permettre un investissement plus important dans sa cache.

 

Jour 2 : Frankfurt am Main -> Marburg

Nombre de caches : 13 caches pour 19588 PF dont 1 webcam sache

On commencera par du très lourd à quelques kilomètres au nord de Frankfurt avec les Goonies (GC3AYDN)  : 3 belles boites pour une seule cache que nous mettrons un peu de temps à ouvrir. Il faut dire que ces trois ‘ruches’ nécessitent plusieurs d’étapes qu’ils faut suivre dans le bon ordre pour pouvoir ouvrir les boites après les autres. Les interactions entre les boites sont souvent inventives et étonnantes.  Le tout est dans le thème des Goonies du début à la fin avec des cartes, des crânes et un trésor.

Même owner et même secteur avec une petite pause autoroutière (GC53WQV). Une idée simple et originale qui utilise votre corps comme conducteur électrique et vous donner un code couleur. Vous pourrez ensuite aller à la pêche aux clés !

Une cache sur une aire d’autoroute

Toujours sur les caches de TCapitano, et là encore il faudra quelques minutes pour ouvrir la boite (GC5K2A9) pour notre plus grand plaisir et le maintien de notre forme. Imaginez un vélo d’appartement, au milieu de nulle part, qui alimente un bien étrange dispositif électronique. L’alimentation, ce sera à vous de la fournir… et vous verrez que l’owner est des plus taquins.

En plus d’être techniquement géniale, cette cache est très drôle !

On poursuit jusqu’à Oberursel pour aller se faire prendre en photo sur l’ancienne place du marché. Malheureusement, la webcam (GCJC9D) était en panne ce jour. Nous avons donc pris la webcam en photo et fait une capture de l’indication de la maintenance. On en profitera pour faire le tour  la partie ancienne de cette très jolie petite ville.

Direction la suite avec une petite pause en pleine forêt pour aller admirer une borne en pierre (GC4CZBA) bien étrange. Impossible de la bouger ? Peut-être pas si l’on actionne sa compagne et que l’on opère une rotation. C’est assez dingue ! Je ne sais pas ce que cela peut peser : la mise en place n’a pas dû être simple !

C’est du lourd !

On s’arrêtera ensuite pour deux caches de meerkats & Co qui nous proposent un TB hôtel (GC3VH6H) et un nichoir (GC4ZYPW). Le TB Hotel est une grande tour munie de rouleaux. Par tâtonnement, il faudra les placer correctement afin de libérer une trappe qui donne accès à la clé du TB hôtel. Patience, patience et… patience !  Mais finalement des mains expertes arriveront à ouvrir la boite.

Enfin ouverte !

Le nichoir est un système que nous connaissons pour en avoir déjà rencontré plusieurs. Une pile permet de faire monter/descendre un logbook dans le pied du nichoir. Du très bon !

Un nichoir pour oiseau branché

Il va être l’heure d’une pause repas bien méritée et nous arrivons à Limburg, que nous prendrons le temps de visiter. Il faut dire que la ville est très jolie.

Ici, nous ne ferons qu’une cache (GC3DJDQ), maintenant archivée, dans le centre historique. Les coordonnées pointent sur une boite aux lettres dans une petite rue qui appartient au Dr. G. O. Käsch. En soulevant le couvercle, nous obtenons d’autres coordonnées GPS devant une boutique en pleine rue commerçante… et très passante. Après de longues recherches (que l’on tente discrètes) nous trouvons la clé aimantée sous un élément métallique de la façade du commerce.

Le fameux Dr. G.O Cacheur

C’est surtout l’occasion de faire le tour de Limburg qui mérite vraiment la visite.

Nous poursuivons notre route avec un couple de caches. Je ne parlerai pas de la seconde qui était détruite lors de notre passage, mais il restait la première (GC488RG) au logbook très particulier ! Ici, pas besoin de stylo ! Pour information, l’autre cache à été réactivée (GC4GP68): il s’agit d’une cache électronique, mais je ne pourrai pas vous en dire beaucoup plus,  nous n’avons trouvé qu’un Petling.

C’est de là que vient l’expression ‘enfiler des perles’

Un petit arrêt autoroutier par une cache ‘musicale’ plutôt peu discrète. (GC3Q1G1)

Ça fait un de ces boucans ce truc !

Et on finit notre périple avant Marburg par une cache complètement dingue (GC6GCRM) dans un quartier résidentiel ! Une première étape nous permettra de récupérer un outil habilement dissimulé permettant d’ouvrir une plaque au code étonnant… et qui révélera une ‘surprise’. Mais la plus grosse surprise sera qu’une pierre d’un poids plus que conséquent sera soulevée… en musique ! C’est bluffant !

Nous avons dû éliminer quelques caches de nos prévisions, car nous devions récupérer nos clés assez tôt. Toutefois, ceci sera largement compensé par la visite vespérale de Marburg ! Petit bijou à l’architecture typiquement allemande. Comme nous le dira notre hôtesse du jour en levant les bras au ciel : ‘Arg ! Marburg !’. Notre but de la soirée est de visiter la ville et pour cela nous choisissons le meilleur guide qui soit : une virtuelle (GC7B9BC) qui nous fait parcourir tous les petits recoins de la ville à grand renfort de questions, d’observations et, de notre part, d’approximations linguistiques. Mais finalement, alors que l’on était à deux doigts d’abandonner après deux bonnes heures de visite sur des questions où l’on ne comprenait pas grand-chose, nous avons pu rencontrer le fantôme de Marburg. Ouf ! La ville est absolument à visiter !

 

Jour 3 : Marburg -> Kassel

Nombres de caches : 22 pour 2316 PF

À peine plus de 2000 PF sur cette journée qui contenait pourtant plus de 20 caches. La raison est que sur ce tout petit tronçon il n’y avait pas de caches extraordinaires. Mais nous avons passé un excellent après-midi à Kassel, un endroit absolument magique, malgré une météo par moment morose. Mais voyons cela en détail.

Nous commencerons par un TB Hotel (GC5PZYF) joliment meublé , sur notre route.

Joli travail pour les meubles

Puis nous ferons quelques caches autour de Gudensberg. Il y a des caches sympas comme, par exemple, The perfect ca(t)ch (GC6ZB32) avec musique et animation.

La musique, vous la devinez :p

Nous croiserons l’oncle Gerhart (GC84D0P) au détour de notre route, un oncle que l’on rêve tous d’avoir… ou presque…

Ce cher oncle !

Nous perdrons finalement beaucoup de temps sur quelques caches dont une multi (GC830VG) qui finira en DNF à la recherche d’araignées, ainsi que quelques autres caches que nous trouverons au prix d’un peu de temps… et d’énergie.

Plus très motivés pour rester sur le secteur nous allons donc vers notre objectif du jour non sans passer par une cache (GC5NDE8) où l’owner est tranquille un bout de temps avant de devoir changer le logbook.

La matinée est passée et nous voici à Kassel ! C’était LE gros objectif du jour, mais on ne pensait pas trouver autant de plaisir à y passer tout l’après-midi. Kassel, c’’est une ville qui fut à 80% détruite durant la Seconde Guerre mondiale. Donc qu’y a-t-il à y voir ? Kassel, c’est la ville des frères Grimm, donc vous pouvez y visiter le musée ! Est-ce qu’il est bien ? Je n’en sais rien,  nous sommes venus un lundi, donc il était fermé… Et donc ? Pourquoi Kassel ? Parce que Kassel c’est la ville du parc et du château Wilhelmshöhe ! Un endroit magique, improbable, baroque, kitsch… J’adore ce lieu qui nous transporte dans un univers de conte de fées. Moi qui adore les ruines, je ne pouvais imaginer un lieu où l’on a construit, au XVIIe siècle, des ruines… neuves.

Le parc Wilhelmstohe

Le parc est gigantesque et nous y avons passé tout l’après-midi a l’arpenter et a y chercher toutes les géocaches présentes. Et rien de lassant à parcourir ce parc dans tous les sens, on passe sans cesse d’un univers à l’autre. Des petits coins intimistes aux éléments gigantesques, les paysages sont sans cesse changeants.

D’un château à l’autre, en passant par la monumentale cascade au pied d’un Hercule tout aussi monumental, vous trouverez de plus petites cascades et des pédiluves. Ici, c’est un monde d’eau… Sauf si vous venez comme nous, la veille de la mise en eau du parc… Mais nous ne pouvions pas décaler notre passage à Kassel. Ce fut, malgré la fermeture des châteaux (toujours du fait que nous étions lundi) et l’absence d’eau, une vraie parenthèse enchantée.

Après un bon petit repas à base de délicieux et copieux Schnitzel (qu’est-ce que l’on mange bien en Allemagne !) il est temps d’une petite promenade digestive pour aller loguer une sympathique petite cache (GC405PW) où, sur ce pont, seul un cadenas vous permettra d’ajouter un smiley à la carte.

Jour 4 : Marburg -> Hanover

Nombres de caches : 20 pour 11364 PF dont 2 webcams caches

Notre 4e jour nous conduit de Marburg à Hanover en passant par la très jolie ville de Goslar. Ici nous renouons avec des caches originales et de qualité. Bref, encore une très belle journée complètement différente de la précédence. Ici nous avons dû faire l’impasse sur pas mal de tradis très bien cotées, par manque de temps. C’est frustrant et en même temps réjouissant d’avoir tant d’opportunités.

Nous nous échauffons avec une première webcam cache sur la belle place principale de Göttingen. Ce sera l’occasion de tester quelques pâtisseries allemandes en guise de petit déjeuner et d’aller parcourir rapidement la ville.

La suite nous fera découvrir un premier TB Hotel (GC5DMYG) aux multiples cadenas, placé chez l’owner.

C’est toujours sympa les caches chez les géocacheurs

Nous avançons un peu pour gagner une zone très dense en belles caches, le secteur de Goslar. Nous attaquons par un second TB Hotel (GC2YRG0) des plus original, que nous aurons le plaisir de démonter. Son petit nom ? Fort KnoX :p

Puis, à peu de distance, une partie d’Angry Bird (GC40HBN) nous attend au milieu des myrtilles (zut, ce n’est pas encore la saison). Un petit allé retour en courant, car le chargeur USB était oublié, nous pouvons ouvrir la cache du bout du doigt. Un beau travail de détail qui transforme ce nichoir anodin en version customisée.

Angry Bird au pays des myrtilles

Toujours le même secteur avec une cache (GC389RZ) dont le logbook, placé dans un contenant des plus étrange, vous demandera de la patience et du doigté. Heureusement qu’il y a une spécialiste dans l’équipe. L’affaire sera rondement menée.

Une cache qui n’est pas du tout dans mes capacités

Les travaux manuels finis nous pouvons aller visiter Golab, encore une très jolie ville avec ses belles maisons, sa grande université et son passé encore très visible. En plus aujourd’hui c’est le jour des sorcières : il y en a partout dans les rues ! C’est aussi l’occasion de collecter quelques caches si l’on passe devant.

Après avoir parcouru la ville, nous restons dans le secteur pour aller visiter le ‘chateau’ sur les hauteurs. Oui, mais pas n’importe quel château ! Celui qui nous permettra de loguer une nouvelle cache (GC3HRKF). Quelques taquineries  pour récupérer la clé et nous pouvons accéder à cette cache ‘son et lumière’ !

Avec bruitages et lumières

Nous avançons un peu jusqu’à notre prochain gros spot de caches, mais nous faisons un arrêt sur le chemin par un autre ‘chateau’ (GC55RJ5) en mode géocaching. Il faut savoir qu’en allemand ‘Schloss’ veut dire aussi bien ‘chateau’ que ‘cadenas’. Vous imaginez donc qu’il y a de quoi faire quelques jeux de mots. C’est le cas ici avec un ‘Schloss’ muni de nombreux ‘Schloss’. Chaque pièce fournit une clé, code ou système d’ouverture pour la pièce suivante, et ce jusqu’au logbook, évidemment.

Arrivera-t-on au bout du défi ? Ben oui, quelle question :p

Nous gagnons ensuite la zone de géocaching suivante que nous pourrons parcourir à pied pour faire quelques autres caches, du même owner, Kronbali. Nous commencerons par un type de cache (GC4M84Y) que nous connaissons très bien, mais qui est toujours sympa à faire pour ceux qui aiment tricoter ! Surtout que celle-ci possède une petite touche d’originalité.

Mais qui a-t-il dans la boite ???

Puis nous suivons les panneaux jusqu’à un ‘Schwedische Gardinen’, lieu enchanteur dans les sous-bois et muni d’un gros logbook en bois que nous signons, en pensant loguer la cache… En fait, pas du tout… la cache et à quelques mètres derrière :p. Ce ‘logbook’ était en fait un livre d’or.

Une prison (GC4M86Z) à ouvrir avec de nombreuses étapes pour arriver au logbook. Notre maitrise de l’allemand nous fera chercher un bout de temps, ce qu’il n’y avait pas à chercher… mais ce n’est pas grave. Encore une très belle cache où à chaque fois que l’on pense avoir trouvé ‘LE’ truc, il y a une nouvelle étape ! J’adore !

Il nous en aura fallu du temps pour en arriver là :p

On continuera avec une cache (GC4M3XD) plus simple et très drôle où l’owner a certainement utilisé beaucoup trop d’engrais.

Une belle soupe en perspective

Puis nous eûmes de gros soucis de circulations… On en a fait des tours et des détours (référence subtile… :p) pour arriver au logbook. La cache (GC55QM8) est absolument géniale, mais notre allemand étant complètement nul, on a bien bien galéré pour accéder au but… On hésite plusieurs fois à abandonner vu que l’heure passe et qu’il nous reste de la route… et des caches… mais on persiste et finalement on y arrive. L’idée est de diriger une bille avec un aimant sur un parcours en suivant la route et les instructions… c’est sur ce second point que les choses ont coincé, malgré les traducteurs en ligne. Une très belle cache et une victoire à l’arraché !

Elle nous aura fait tourner… en bourrique, cette cache

Nous terminons ce secteur enchanté par un bâton magique (GC80D6E) en version facile (on a même pas essayé la version dure) où nous rencontrerons nos premiers géocacheurs du roadtrip.

Un bien étrange système d’ouverture

Un petit arrêt express par Braunschweig pour une webcam cache (GCHWRP).

Puis nous faisons un crochet pour une cache urbaine (GC5W20E) relativement favorisée. Je n’aime pas le géocaching urbain, mais celle-ci m’a bien fait rire. Incongrue et pourtant parfaitement anodine pour les moldus… Ou comment placer un élément commun là où il ne devait pas être.

Étrange, étrange…

Sur notre route se trouve une D5… C’est tentant même si l’heure tourne… Comme c’est sur le chemin on s’arrête, on tente et on repart… les bras vides de found-it. Le concept est sympa, mais la difficulté évidemment très élevée. Une petite diode s’allume et se balade dans un sens. Quand on tourne le bouton dans l’autre sens, la diode change de sens et ainsi de suite. Si on atteint l’un des bords, c’est perdu. Toujours rien de bien sorcier. Sauf que, en plus d’avoir un bouton avec une sensibilité dingue, le truc va de plus en plus vite et rapidement nos réflexes sont dépassés. So…. next !

Boite 1 ! Géocacheurs 0 !

Notre avant-dernier arrêt de la journée sera pour une cache (GC441ZJ) aux multiples longs tubes contenant des choses permettant d’accéder à d’autres tubes tout aussi longs. Mais le logbook est à la largeur des efforts ! Le tout dans un endroit relativement atypique.

Et comme on passe devant à pied, on ajoute une petite cache (GC7JR5J) qui sera une bonne surprise. La cache demande ‘Chaud ou Froid ?’ Sur un panneau d’information, un thermomètre bien étrange est accroché. Mais quel est donc le code ? On va essayer beaucoup de choses en fonction du listing et du panneau. Jusqu’à remarquer un élément tout proche aux inscriptions étranges. Comme souvent, plus c’est visible, moins c’est visible.

La partie facile à trouver de la cache

On se dirige maintenant vers Hanover et notre hôtel, et sur la route il reste une cache que j’avais très envie de faire. Un TB Hotel (GC43VCG) dans une station-service. Je ne sais pas pourquoi, mais j’adore ce genre de cache en intérieur. Une des salles de la station-service, qui sert de salle de repos pour les routiers, possède un coffre muni d’un étrange cadenas. Une fois la clé trouvée, il va falloir ouvrir le cadenas, qui s’avère être un casse-tête. Une fois ouverts, un second coffre et un second cadenas/casse-tête permettront l’accès au logbook.

La cache ouverte !

 

Nous voilà arrivés à mi-parcours ! Si vous voulez connaitre la suite de notre parcours, je vous donne rendez-vous ici pour la seconde partie.

You may also like

2 comments

Géocaching Tof mai 8, 2020 - 4:01

Excellent, comme d’habitude !

Reply
Therion mai 16, 2020 - 4:42

Merci beaucoup Christophe. Désolé pour le délai de publication de ton commentaire, je débute avec wordpress.org :p

Reply

Leave a Comment