Géoweek-end à Frankfurt : 3 jours à plus de 36 000 PFs

by Fabien
0 comment

Je vous propose de me rejoindre pour un week-end de 3 jours dans le secteur de Frankfurt en Allemagne. Le but est évidemment d’aller y rechercher quelques caches très favorisées. Grâce à quelques owners, il existe ici une impressionnante densité de caches hors normes qui nous feront nous extasier et collecter quelques idées. En trois jours nous sommes passés sur des caches cumulant ensemble 36 000 points favoris. Finalement, cela peut paraitre assez peu, mais ne vous fiez pas uniquement à ce nombre, on est souvent sur plus de 80 voire 90 % de PFs. À noter que vous pourrez en ajouter plus de 65 000 en une journée juste à côté. Attention, si vous prévoyez la balade, cet article contient beaucoup de photos qui risquent de vous spoiler le plaisir de la découverte des caches.

Le week-end du GeoBretzel s’étant malheureusement libéré, nous nous organisons avec la Team Ecrouvice pour nous rattraper sur un secteur avec des caches de haut niveau. La première idée était d’aller aux Pays-Bas, mais la Belgique pouvant être problématique à traverser avec l’épidémie de Covid, nous nous reportons vers l’Allemagne. Ceux qui lisent le blog de temps en temps savent que j’adore géocacher dans ce pays et que j’ai la chance d’y aller régulièrement.

Nous établissons notre « camp de base » à Offenbach, car c’est le côté de Frankfurt que nous souhaitons explorer. Pour rappel, nous étions déjà passés par là lors du GeoTrip France -> Danemark pour le Giga de Hamburg. À noter que si vous êtes dans le secteur, il faut absolument prévoir également une journée à Lampertheim, histoire de collecter des caches pour un total de plus de 65 000 PFs. FindMyCache ayant fait une petite vidéo du coin, je vous la propose ici.

Note : Habituellement je demande les autorisations aux owners pour publier leurs caches, mais là il y a beaucoup trop de caches.  Donc si votre cache est présente et que vous voulez que je supprime les photos, faites-le-moi savoir, je ferai au plus vite.

Jour 1 :

Nous avons fait la route la veille dans la soirée, donc nous pouvons attaquer notre périple de bon matin. Le premier secteur que nous avions repéré se situe à une vingtaine de kilomètres à l’Est de Frankfurt. Ici, s’étend le domaine de >Doppelherz< , owner prolifique, plutôt porté sur les caches électroniques, mais pas que. Le gros avantage de cette forêt, c’est que l’on peut faire le tour à pied et que les activités y sont variées ! On commencera par une partie de pêche avec un poisson chantant (GC77M18), avant d’aller faire un « petit golf » (GC6ZP45) qui possède un logbook très original.

Son nom est ‘pêche interdite’

Mais nous nous initierons également au lancé de poulet (GC7Y1VH), puis nous pourrons le faire cuire au four à micro-ondes (GC7Y2E3), nous tremblerons en croisant la terrible Zippel Zappel Liese (GC6RFB1) qui commence à hurler dès qu’elle nous entend approcher et enfin nous assisterons, ébahis, à l’intervention des pompiers (GC7894Z) avec force lumières et sons ! Le tout souvent relativement visible par les moldus mais toujours en place malgré les années.

Au feu !!!

 

Très souvent, les caches électroniques sont déjà « alimentées ».

 

Sympa ouverte, et étonnante fermée

 

Les bois accueillent également des caches de Javertine, qui proposent différentes façons de loguer, allant de la broderie à la gravure sur tôle en passant par l’enfilage de perles. J’avais déjà croisé tout ça, mais c’est toujours agréable à redécouvrir. Surtout quand on peut déléguer la broderie :p. Au final, ce seront une grosse dizaine de belles caches que nous prendrons le temps de trouver dans ces bois.

Ça devient classique et ça peut prendre un peu de temps.

 

Il est grand temps de se restaurer un peu avec un bon pique-nique pris  dans la voiture, car il pleut pas mal. Mais cela ne nous arrêtera évidemment pas pour aller chercher une cache isolée : il s’agit d’un distributeur automatique de billets (GC7TMHN) en version Letterbox. Quelques piles et une carte de crédit plus tard, la solution nous sera donnée ! Mais avant toute chose, il nous aura fallu faire un petit jeu vidéo sur nos téléphones. Eh oui, les letterboxes allemandes se méritent.

Par ici la monnaie !

 

On va changer un peu de secteur et cette fois-ci, ce seront des caches de Flip279 que nous allons avoir la chance de chercher! En on va commencer par une grosse claque (GC48NP8). Le long d’un bâtiment, nous trouvons un petit boitier électrique avec un cadenas. Dedans se trouve une télécommande. Et cette télécommande va permettre de soulever une partie d’une sorte de cheminée à quelques mètres de là.  Waouh !

Tous les éléments de la cache sont sur la photo.

 

Nous poursuivrons les oeuvres du même owner avec une letterbox en version XXL qui n’est rien de moins qu’un distributeur de géocaches (GC564CC) avec même le logbook en forme de paquet de cigarettes ! Du grand art ! Si aujourd’hui il s’ouvre avec un code, je pense qu’au départ elle fonctionnait avec des pièces, puisque le listing indique encore qu’il faut venir avec 6 euros.

Un distributeur de cigarettes comme on en trouve tant… sauf que…

 

On ne lâchera plus Flip279 et on filera sur une letterbox (GC7E06C) assez hallucinante. Il a en effet installé une télécabine miniature qui traverse son jardin et qui arrive dans une gare. Le tout grâce à une manette que l’on va chercher dans une boite située un peu plus loin. Effet garanti ! Bon par contre, il ne faut pas être trop pressé :p

Il me manque plus que le vin chaud et la tarte aux myrtilles

 

On poursuivra avec quelques autres jolies réalisations de Flip279 et on retrouvera également quelques oeuvres de >DoppelHerz< . Ce sont de très jolies caches et sur une balade standard en France on aurait évidemment mis des PFs dessus également, mais ici, à force de se faire de belles caches les unes après les autres, il y a, je trouve une sorte de ‘désensibilisation’.

Beaucoup de jolies mises en scène.

 

Mention spéciale tout de même pour une cache géante (GC6PDZ9) avec évidemment animations et lumières… oui, ça c’est la base :p. Mais où en plus certaines animations interagissent par exemple les canards qui appuient sur l’ interrupteur d’une lumière.

Voici l’origine de la danse des canards

 

On bouge un tout petit peu pour aller faire un peu de physique dans la forêt. Ici pas de lumières, pas d’électronique et pas d’animations. Un « simple » tube vertical (GC7M7CD), un chronomètre et 3 objets métalliques de formes diverses. En combien de temps chacune va parcourir le tube ? C’est le principe du tube de Newton que je ne connaissais pas et que je découvre avec étonnement ! Simple, ingénieux et efficace !

Le chrono pour mesurer les temps de chute.

 

La petite pluie se transforme en déluge et nous allons découvrir quelques caches d’une série où le fil directeur est ‘Pimp my Petling’. On a beaucoup apprécié une cache (GC8CMNH) qui nécessite d’ajouter un Petling à un système qui libérera la cache. Pas de Petling dans votre sac ? Pas de soucis, vous pouvez aller rechercher la cache précédente, elle sert aussi à ça.

Un système simple et ingénieux pour récupérer la cache

 

À ce stade-là, et deux ou trois caches plus tard tout le monde est bien trempé. On reprend donc le chemin de l’hôtel, non sans aller faire une petite lost place (GC679VG). Bien oui, les lost places on est plutôt friand. Bon, là c’est plutôt petit, mais les différentes étapes de la cache sont plutôt sympas et nous fera réviser nos James Bond.

Une lost place à ciel ouvert

Conclusion : 29 caches : 7628 PFs.

Jour 2 :

On attaque par une bonne série de ratés. Que c’est frustrant quand le programme et le secteur sont aussi pleins de belles caches. On commencera par une webcam que j’avais déjà faite à Oberursel (GCJC9D), mais pas l’intégralité de la Team. Pas de bol, la webcam a des moments de prise de vue relativement erratiques et espacés. Première perte de temps.

La place d’Oberursel

 

On va se rattraper en allant « à la montagne » sur le Feldberg ! Au programme un super point de vue, un lieu un peu atypique, une webcam (GCM7HZ) et une belle géobalade ! Après une petite demi-heure sur les routes de montagnes, nous voici dans une brume des plus épaisses. On ne voit pas à 50 mètres et il fait près de 0°C. On n’était pas vraiment équipé pour ça. Ça ne va pas être simple pour la webcam et pas agréable pour la balade.

Oh la belle vue sur la vallée !

 

On ne fera donc qu’une seule cache (GC7QB7H) au sommet en plus de la webcam. Celle-ci nous permettra de voir profiter des joies de l’hiver avant l’heure, puis nous redescendons.

La température du jour est en rapport avec le thème

 

Retour un peu dépité dans la vallée et direction une cache mystery qui nous laissera un peu perplexes. En effet, on ne comprend pas trop ce qu’il faut faire et ici notre maitrise de l’allemand nous handicape. De plus, les apps de traductions ne nous aideront pas vraiment. Nous devons abandonner et la matinée est déjà terminée… La loose du début à la fin, mais ça fait partie du jeu.

On remet les compteurs à zéro et on repart sur de bonnes bases : léger changement de secteur pour gagner l’aire de jeu de T’Capino, une valeur sûre, que dis-je, notre rayon de soleil de la journée ! J’avais déjà eu la chance de parcourir quelques-unes de ses caches, mais nous allons pouvoir aujourd’hui y repasser et approfondir ! On commencera avec du lourd (GC8AN0R) ! Dédiée, à priori, aux séries télé de son enfance, nous gagnerons, au terme d’une petite multi, un spot final de belle taille dans lequel il a reconstitué la salle de commandement de l’Entreprise. Et en bonus, on peut voir défiler les étoiles dans le « cockpit », puis carrément regarder un bout de la série Star Trek !

Séance de ciné dans l’Entreprise

 

On reviendra sur la cache dédiée aux Goonies (GC3AYDN) avec ses trois boites qui interagissent les unes avec les autres. Un grand moment de géocaching qui nécessite pas mal de manipulations pour pouvoir atteindre le fameux trésor !

Deuxième passage sur cette cache grandiose !

 

Après un petit passage par une jolie cache marine (GC43YT1), nous revenons également sur cette très étrange cache (GC5K2A9) où se trouve un vélo. Bon, ben il ne reste plus qu’a pédaler pour espérer pouvoir ouvrir la cache. Là encore, c’est original, étonnant et tellement dingue !

Plus vite ! Plus vite !

 

Après le vélo, un petit tour en bateau nous attend (GC4J7ER)! Hissez haut Cap’taine ! Alors que l’on manipule la barre, l’écran vidéo nous plonge en pleine navigation dans des eaux turquoise. Le tout finira par nous libérer le logbook.

Avec la photo l’écran est sombre, mais une vidéo est diffusée.

 

Lancé dans notre périple made in T’Capitano nous passerons voir une de ses vieilles multis (GC3A011) qui nous fera découvrir un lieu sympa, où se déroule une autre chasse au trésor organisée pour un groupe d’enfants très motivés. On trouvera une de leur boite à énigmes par hasard.

Il y a une boite cachée en haut des escaliers, mais chut…

 

La fin de la session du même owner se terminera avec une boite aux lettres illuminée (GC4XET5) qui nécessitera d’abord de trouver la clé. C’est très joli !

Une boite aux lettres « normale » dans un immeuble « normal »

 

Viendra le moment d’une longue multi (GC7Z72C) au pays de zombies. Le tout raconte une petite aventure émaillée de waypoints bien dans le thème et en version ‘gore’. Malheureusement on finira par se faire mordre ! L’étape finale nous demandera d’insérer un échantillon de nous même et nous indiquera si nous sommes toujours humains ou devenus zombies suite à la morsure. En fonction du résultat, nous loguerons sur un logbook ou un autre. Rien que pour le final, cette cache mérite d’être faite !

Le clou du spectacle avec sa trousse de diagnostic.

 

La dernière cache du jour (GC7PT2X) sera un énorme « distributeur automatique de billets » où une série de cartes nous permettra d’accéder au logbook. Là encore c’est superbement bien fait !

Un distributeur de billets…

 

… bien étrange.

Conclusion 14 caches pour 19 701 PF

 

Jour 3 :

Cette troisième et dernière journée se passera dans les environs de Hanau. Le début ressemble aussi un peu à celle de la veille : il y aura un peu de frustration…

Tout commence par une cache où nous n’aurons pas assez bien lu/compris le descriptif. L’owner nous demande d’apporter des appareils électriques. Évidemment, on y va sans rien, à part notre équipement habituel. Nous commencerons par passer un très long moment à trouver l’accès avant d’arriver devant une grosse boite avec une prise… et c’est tout… En lisant le descriptif (oui, c’est une habitude, on lit toujours après) on se rend compte qu’il faut apporter des appareils électriques. Et des plutôt gourmands ! Aspirateur, fer à repasser, etc. On retourne dépités à la voiture et l’on va à la cache suivante. Sur la route vers la suite de nos aventures, nous faisons  le point sur nos possessions : un ordinateur portable et un fer à friser (ou à défriser, c’est trop technique pour moi). On décide donc de revenir tenter notre chance, mais cela ne suffira malheureusement pas. Pas assez de consommation. Cette cache (GC5Q23V) restera un mystère.

Une très grosse boite qui restera un mystère.

 

La seconde cache de la journée est une D5… Nous on aime bien ça… Enfin, nous sauf moi :p Quand on arrive on comprend tout de suite la cotation : c’est un cigare de Churchill. Nous en avons déjà rencontré plusieurs. Il s’agit d’une bouteille dans laquelle se trouve un bâton percé d’une (ou de plusieurs, si l’owner est vicieux) vis munie d’un boulon. La bouteille contient également un petit élément permettant de prendre appui pour visser/dévisser le boulon. Ça s’ouvre assez vite, mais ça peut prendre ÉNORMÉMENT de temps à remettre en place. On va passer quelques minutes à négocier : on ouvre ? On n’ouvre pas ? On connait vaguement plusieurs techniques pour en venir à bout, mais la pratique est toujours plus aléatoire que la théorie. Finalement, nous ne l’ouvrons pas, car nous préférons éviter de perdre une heure sur une cache que l’on connait et surtout on n’a toujours pas pris de petit déjeuner. Et ça, c’est grave ! :p (GC2JFF4)

Un cigare de Churchill

 

On se dirige justement en ville pour aller chercher de quoi se nourrir et faire quelques caches bien cotées. Ici, les meilleures sont posées par  ‘Drei Pilgermuscheln’. Ce sont des caches urbaines parfaitement intégrées dans les infrastructures. On en fera quelques-unes, mais on s’arrêtera là : les nanos urbaines ce n’est pas vraiment notre passion. Et ça nous prend pas mal de temps à trouver.

Ca à l’air simple, mais le mécanisme est subtile et superbement réalisé

 

Du coup on décide de changer de zone, tout en passant récupérer deux ‘petites’ caches sur le trajet. La première (GC8CR5W) est extraordinaire. C’est une énorme boite placée juste à côté d’un boulodrome. À l’ouverture nous poussons tous des ‘waouh’. Il y a une sorte de plateau de jeu avec des personnages de l’anime Totoro. La cache donne les instructions (on n’y comprend pas grand-chose) puis pose des questions (on y comprend rien du tout). Malheureusement, le parc étant désert, personne ne peut nous venir en aide. A priori, il faut répondre aux questions en posant des billes à la bonne place sur le plateau. Si on répond à toutes les questions, le code du cadenas s’affiche. Malgré les applis de traduction vocales, la compréhension est compliquée : il y a trop de texte. Serait-ce un nouvel échec ? Heureusement, l’owner de la cache, a mis 2 QR codes salvateurs. Le premier donne l’intitulé des questions qui portent sur l’histoire de la ville, et le second…. donne le code du cadenas. Merci DerTomTom ! Voilà un found-it pas vraiment mérité :p

Du très lourd en plein parc public

 

Toujours issue de la même série dédiée aux 700 ans de la ville, nous ferons une cache (GC8GFBP) dans une caserne de pompier. Là se trouve une boite rouge sur la barrière de la caserne. Dès l’ouverture, une sirène avec son gyrophare nous accueillent. À l’intérieur il y a un extincteur qu’il nous faudra ouvrir. Le logbook est le tuyau de lance à incendie. C’est très original. Et ça amuse bien le voisin de la caserne qui doit voir défiler des géocacheurs très régulièrement.

Et vous n’avez pas le son…

 

Une bonne partie de la suite de la journée se fera sur les caches de DerTomTom, encore lui, dans une belle forêt riche en nombreuses caches assez dingues. Dans cette forêt il y a des « petites » caches de la série uPD70F3539. C’est une série de caches dédiée à Tokyo. Les caches sont, en général, de simples petlings, MAIS… il y a toujours une petite énigme, souvent sous forme électronique qui permet de récupérer une info pour le bonus. J’avoue que nous n’avons pas cherché le bonus. Pas assez de temps et surtout pas assez de préparation :p. Parmi mes préférés, il y a « Yamanote Line » (GC5T3KP). Vous avez un petit train qu’il faudra faire passer par différentes stations dans un ordre bien précis pour lui faire indiquer le bon code. Le tout avec les musiques du métro tokyoïte et des lumières quand vous passez de station en station. Énorme !

Une réalisation au top

 

Le second gros coup de cœur, même si on a pas tout compris, est une boite (GC5YPQH) qui vous demandera de reconstituer un code à l’aide d’une lumière. On active la boite en y déposant un aimant, puis il faudra envoyer un code lumineux pour obtenir le précieux sésame pour le bonus. Encore une très belle réalisation. Les boites de cet owner sont toujours ultra soignées.

On a pas tout compris, mais le système est bluffant

 

Toujours proposées par DerTomTom, les caches suivantes seront de plus grosses boites sous forme de multis ou de letterboxes.  Notre première letterbox nous conduit à une boite aux lettres rouge (GC6W37C).  Le fait d’appliquer un aimant sur la boite lancera une séquence audio nous challengeant sur un film. La réponse nous donnera les coordonnées finales. Ce qui est très fort, c’est qu’à chaque fois que l’on relance la machine, on a une nouvelle question sur un film différent : Lord of the Ring, James Bond, Star trek, etc. on en a eu plein de différents sans jamais retomber sur le même. A priori, il est aussi possible de tout simplement utiliser la balise Chirp qui est présente dans la boite. Le final nous proposera une jolie boite musicale.

Camouflage ultra discret !

 

La seconde letterbox (GC765EA) nous proposera une balade sur le thème du téléphone. On commencera par du très lourd ! Un téléphone qui sonne en pleine forêt. Puis une série d’instructions nous sera donnée via le combiné pour que nous puissions composer un numéro de téléphone. Bon là, notre allemand est encore trop mauvais pour comprendre ce qui est dit au téléphone et nos apps de traduction sont aussi dans les choux à cause du son distordu par le combiné. Mais l’owner est un « homme bon » et nous propose un QR Code avec la réponse. Heureusement, sinon nous nous arrêtions là. Deux étapes plus tard, nous aurons la boite en main !

L’appel de la forêt

 

Nos aventures sur les terres de DerTomTom se terminent en apothéose avec une cache dédiée MOS 6581 SID (GC7PEN0) ! Carrément ! Bon, je pense qu’en fait ça ne parle pas à grand monde. Il s’agit de la puce audio présente sur les Commodore 64 et 128. Une fois sur place, nous sommes accueillis par un déluge de musique digne du Commodore. Notre première tache sera de reconnaitre la musique d’un jeu et d’entrer son année de parution grâce au clavier. Sauf que des jeux, il y en a des dizaines inscrit sur les fiches fournies. Et évidemment à chaque fois, la musique change. Nous passerons finalement assez facilement cette première étape avec un peu de logique et beaucoup de chance. La seconde partie nous demandera de rejouer une musique à l’aide du clavier… en version facile. Ouf ! Nous pourrons ainsi rejoindre le final !

Des réalisations toujours originales et soignées

 

La fin de notre périple de 3 jours se terminera par une boucle, nommée ‘La ronde des animaux’ (GC6ZXBJ). Il s’agit d’une agréable balade, même si beaucoup de chemins longent l’autoroute, sur le thème des animaux. Les réalisations sont souvent vraiment réussies. On croisera pics verts, hérissons, sangliers, serpents, et même un chasseur. Un joli tour pour les enfants. Bon, j’avoue, on en ajoutera encore une petite dernière sur le chemin, que je ne peux pas montrer sans dévoiler le camouflage très réussi.

Plein de jolies sculptures sur bois

 

Nous terminerons la boucle par ce sanglier

Conclusion : 24+ caches pour 9 262 Fav

 

Conclusion:

Voilà encore un très beau week-end dans LE pays du géocaching ! Je suis toujours surpris de voir le niveau d’implication de certains owners . Si le temps passé à construire ces caches doit être important, le cout financier est parfois également certainement élevé. Toutefois,  en Allemagne, les caches sont globalement respectées par les moldus alors qu’en France une boite visible est une boite saccagée. Je suis aussi surpris que, dans la majorité des cas, les caches soient alimentées ce qui oblige les owners à venir régulièrement recharger leurs caches.

Il y a bien sûr eu quelques ratés sur nos choix de caches, mais nous n’avions planifié le programme que très peu de temps avant la balade sans avoir trop le temps de nous pencher sur les listings. Nous avions juste dégrossi les secteurs intéressants et improvisé sur place. On fera mieux la prochaine fois :p.

Rendez-vous pour Prague 2021 pour le prochain gros Géo-roadtrip !

You may also like

Leave a Comment